la concentration du silence intérieur

 

 Description

Technique essentielle pour apprendre à contrôler ses émotions, ses pensées et tendre vers un état de calme et de repos du mental. C’est une pratique de concentration privilégiée pour amener vers le retrait des sens et la méditation. Véritable entraînement, si elle est pratiquée régulièrement, cette technique est une aide efficace pour vaincre l’agitation du mental provoquée par les perceptions sensorielles, et les mouvements psychologiques. Elle permet de prendre du recul, de se retirer à l’intérieur de soi et faire le silence.

Les aphorismes de Patanjali, texte célèbre dans la littérature du yoga, commence ainsi :
« voici l’enseignement traditionnel du yoga :
le yoga consiste à suspendre l’activité psychique et mentale (yoga cittavritti nirodhah)
c’est alors que le voyant, le soi, réside en sa propre nature. »

Il est en effet aisé de constater que la nature de notre mental est agité, « chitta vritti », les fluctuations, les mouvements du mental que nous subissons empêchent d’accéder à l’état de calme et de sérénité auquel nous aspirons. Dans la tradition indienne on compare le mental à un singe qui saute de branche en branche (chitta).
Ne plus subir la pensée parasite ! Voilà la solution !

Antar Muna est une concentration en cinq étapes. Réalisable pour tout le monde à n’importe quelle heure du jour et de la nuit et dans n’importe quelle position du corps. Elle peut être réalisée en 10 minutes ou s’étirer sur 25 minutes.

Technique

Préparation :

En posture assise ou allongée sur le dos (shavasana), prendre conscience de son regard et le poser à l’intérieur, les yeux fermés. Détendre le visage et bien relâcher le souffle. Prendre conscience rapidement du corps partie par partie en commençant par les pieds, jusqu’au sommet du crâne.

Première étape :

prendre conscience de l’environnement extérieur, observer tous les sons extérieurs, sans associations d’idées, juste écouter. Puis concentrer son attention sur un seul son. De deux à cinq minutes.
Revenir ensuite sur la perception du souffle qui va et vient spontanément dans les narines.

Deuxième étape :

se concentrer sur un son intérieur, soit un bruit émis par le corps physique (gargouillis dans le ventre, battements du cœur, ou son du souffle qui frotte légèrement dans la gorge. Mieux encore, un sifflement ou un bourdonnement dans les oreilles). De deux à cinq minutes.
Revenir dans la sensation du souffle.

Troisième étape :

devenir observateur des pensées qui passent spontanément, sans les juger. Laisser défiler vos pensées sans vous y attacher. État de témoin neutre, indifférent. De deux à cinq minutes.
Revenir dans la sensation du souffle

Quatrième étape :

choisir une pensée, un thème de pensée qui prédominait dans l’étape précédente, lors de l’observation du flux des pensées spontanées. Même si cette pensée est négative. Veillez ensuite à relativiser, à positiver votre pensée, vous pouvez vous répéter mentalement une phrase telle que : « cette pensée ou cette émotion ne m’appartient pas, je reste calme, détendu ,témoin immobile. » De deux à cinq minutes.

Cinquième étape :

éliminer les pensées et faire le vide, le silence intérieur. Si c’est trop difficile on peut coller un mantra sur le souffle : » Ham « à l’inspire et « sa » à l’expire, ou énoncer mentalement le son « OM » en continu. Il est possible également de visualiser une image qui symbolise l’unité, le calme comme par exemple la flamme d’une bougie. Les sens sont alors retirés vers l’intérieur, la concentration est telle que l’on peut basculer dans un véritable état méditatif. Immobilité du corps, quasi arrêt du souffle, silence intérieur.

X