Rétracter le ventre vers l’arrière et tirer vers le haut la partie située au-dessus du nombril. C’est grâce à cette contraction que les « grands oiseaux » (les souffles vitaux) prennent sans cesse leur envol. Uddiyana bandha est comme un lion qui dompte l’éléphant de la mort. De toutes les contractions Uddyiana est la meilleure, sa pratique régulière mène à la libération qui devient alors l’état naturel.

Gheranda Samhita
traduction : Jean Papin, le yoga du corps

 

Description

Pratique fondamentale, Uddîyana Bandha est citée dans la plupart des textes de yoga. Considérée comme un kriya par son action de purification par le feu c’est aussi un mudra, geste d’énergie qui permet une aspiration de celle-ci vers le haut.

Étymologie

Uddîyana Bandha vient du sanscrit « ud-di » : prendre son essor, s’élever dans les airs.

Recherche

Puissante aspiration du ventre qui remonte le plus possible vers l’intérieur et vers le haut.

Technique

Quelques précautions à prendre

Uddîyana Bandha doit être pratiquée l’estomac vide. Ne pas pratiquer en cas d’hypertension artérielle ou de troubles cardiaques. Maîtriser auparavant les exercices respiratoires de base.

En position debout (plus facile au début)

Écarter les pieds légèrement plus que la largeur des épaules, fléchir un peu les jambes, placer les mains au-dessus des genoux en les tournant de préférence vers l’intérieur de la cuisse. Garder le dos le plus droit possible. Les yeux ouverts fixer le sol ou la flamme d’une bougie.

Faire mûlabandha, la contraction de la racine, qui doit être maintenue durant toute la pratique. Faire quelques respirations complètes profondes avant de pratiquer Uddîyana bandha.

Commencer la pratique

Expirer complètement, puis faire une rétention de souffle à poumons vides.

Rétracter le ventre le plus possible vers l’intérieur, contracter la gorge (jâlandhara bandha).

Feindre un mouvement d’inspiration tout en bloquant le souffle à poumon vide, ce qui crée un appel d’air et fait remonter le diaphragme.

Plaquer la paroi abdominale en direction de la colonne vertébrale par un mouvement d’aspiration.

Tenir le plus longtemps possible (entre 10 et 30 secondes) et inspirer lentement en relâchant doucement le ventre et la gorge.

Recommencer de 10 à 20 fois sans reprendre de souffle de confort entre chaque rétraction du ventre.

Passer les premières difficultés physiques

Afin de passer les premières difficultés physiques (sensation désagréable de tenue de souffle à poumons vides, chaleur intense qui peut aller jusqu’à la transpiration, douleurs intestinales), mettre l’accent sur l’immobilité du regard et la contraction de la base de façon à accentuer la concentration et passer dans l’aspect plus énergétique de la technique.

Une fois la pratique debout maîtrisée, on peut la faire en posture assise avec les yeux fermés et le regard convergent entre les sourcils (brumadia-drishti).

Il est possible de monter l’intensité crescendo en augmentant les temps de rétention et la durée de la pratique que l’on peut tenir jusqu’à 25 minutes (ce que l’on appelle un gatika).

Avec l’augmentation de l’intensité, il devient nécessaire d’accentuer la tenue des mudra (racine, gorge, convergence oculaire, rétractation du ventre); accentuer également l’appui des mains sur les genoux en tendant les bras et étirer la colonne vertébrale.

Il faut installer dans ce cas une régularité et une progressivité dans la pratique, pour apprendre à gérer l’énergie développée.

Effets

  • active manipura chakra, le centre d’énergie du ventre, pour une meilleure santé et un équilibre général plus stable.
  • stimule agni, le feu intérieur de la transformation et de la digestion.
  • fait monter apana situé dans le bas ventre (Énergie qui fait sortir, qui dilue ,qui répand) vers la zone ombilicale ou se situe samana (énergie de cohésion, d’assimilation)
  • active le métabolisme et réchauffe.
  • permet d’expulser l’air résiduel dans le bas des poumons.
  • maintient l’élasticité du tissu pulmonaire et celle des cartilages intercostaux.
  • renforce la sangle abdominale.
  • masse vigoureusement les viscères.
  • stimule les fonctions intestinales, aide à éliminer les gaz.
  • lutte contre la constipation
  • stimule la rate, le pancréas.
  • l’action sur les surrénales dynamise et calme l’anxiété.
  • lutte contre la dépression
  • développe la volonté, la stabilité émotionnelle, la vitalité et l’envie.
  • pratique qui donne beaucoup d’énergie et permet de réduire le temps de sommeil.
  • pratiquer à jeun le matin, cette technique permet de sortir rapidement de la torpeur de la nuit et met en route des énergies chaudes, actives, rapidement disponibles pour démarrer la journée.

Contre-indications

  • ulcère
  • hernie
  • pression artérielle trop élevée
  • maladie cardiaque
  • glaucome
  • règles
  • grossesse

À un niveau plus avancé uddiyana bandha devient une véritable pratique d’éveil de l’énergie et de la conscience.

 

X